Test du sac Camelbak Zephyr


Le Camelbak Zephyr fleurit sur les épaules de nombreux d’athlètes élites (Germain Grangier, Katie Schide, Scottie Hawker, Sylvaine Cussot…) ces derniers mois et détonne autant par sa morphologie que ses couleurs singulières. Dernier né de la gamme Camelbak, le Zephyr est aussi le premier sac de la marque américaine spécifiquement dédié aux Ultras et aux Longues Distances. Avec ce modèle, clairement plus complet et intelligemment conçu du point de vue du rangement que le reste de ses sacs, Camelbak se replace assurément comme l’une des marques les plus compétitives sur le segment des sacs de Trail !

Je vous propose différents éléments d’explications au travers de mon test détaillé du modèle :

En Résumé

Volume: 12 l
Poids: 200 g

Usages: Ultras & Longues Distances
Points Forts: Capacités de Rangement, Confort & Stabilité
Points Faibles: Système d’Accroche Bâtons

Des Capacités de Rangement Intelligemment Pensées

On juge en grande partie la qualité d’un sac de trail destiné aux Ultras et aux longues Distances sur ses capacités de rangement et, cela, les concepteurs du Camelbak Zephyr l’ont très bien compris. De nombreux efforts ont en effet été entrepris, notamment par rapport au Camelbak Ultra Pro (qui a longtemps été la référence de la marque), pour proposer des solutions de rangement intelligentes et facilement accessibles offrant une capacité totale de 12 litres. Les poches sont un peu moins nombreuses que sur d’autres sacs concurrents mais elles sont judicieusement placées et ordonnées, aussi bien à l’avant et à l’arrière. La double logique de compartimentation et de superposition des poches qui a guidé la conception du sac conviendra en particulier aux athlètes en quête de minimalisme, peu à l’aise avec les modèles contenant une multitude de solutions de rangement parfois complexes.

Les Poches Avant

Les Poches situées sur les bretelles respectent parfaitement ce principe de superposition : les deux grandes poches dédiées aux flasks (fournies) sont les plus imposantes. Plus larges et profondes que sur le Camelbak Ultra Pro et munies de sangles de serrage, elles assurent le très bon maintien des accessoires d’hydratation durant l’effort. Leurs dimensions plus imposantes permet surtout d’envelopper entièrement les flasks et ainsi éviter qu’elles ne se dérobent de leurs emplacements dans les descentes, comme cela pouvait être le cas sur l’Ultra Pro… Elles sont surmontées de deux poches longitudinales (non fermées) qui sont dédiées à l’accueil des ravitaillements (barres, gels…). J’ai apprécié le fait que ces poches ne soient pas trop profondes, ce qui permet de garder ces éléments très facilement accessibles durant l’effort !

« Le sac conviendra en particulier aux athlètes en quête de minimalisme, peu à l’aise avec les modèles contenant une multitude de solutions de rangement parfois complexes. »

Tout en bas des bretelles, figurent deux poches assez larges qui se superposent aux emplacements pour les flasks. Sur la bretelle droite, une large poche zippée permet d’accueillir son smartphone (même un de grandes dimensions !) et/ou d’autres accessoires précieux comme ses clés ou des gants ? Sur la gauche, on s’étonnera par contre que la poche soit beaucoup plus petite et non fermée… Elle ne peut accueillir que de petits objets comme des barres ou gels (voir ses détritus ?) du fait de son ouverture trop étroite. 

Bénéficiez de 5% de Réduction sur la Boutique Top4running.fr avec le code COMPARTRAIL !

Les Poches Arrière

Les options de rangement situées à l’arrière du sac sont également très intuitives tout en conservant un aspect minimaliste.

Une grande Poche zippée – avec ouverture très large, par le dessus – constitue la solution de rangement principale du sac et permet d’accueillir le gros du matériel obligatoire (textiles, frontale, couverture de survie…) demandé sur la plupart des Ultras. J’ai particulièrement apprécié le fait que la poche soit divisée en deux par une cloison centrale, ce qui permet de plus facilement compartimenter ses affaires. Il est ainsi très facile de glisser de part et d’autre de la séparation des sacs de congélation dans lesquels les traileurs ont l’habitude de stocker leurs affaires. Saluons également le fait qu’une petite poche zippée imperméable ait été intégrée à cette cloison : assez petite, elle permet de stocker et de protéger certains accessoires (frontale, batterie de rechange…) tout en les rendant facilement accessibles. Le choix d’opter pour une ouverture (très) large et par le dessus est également particulièrement judicieux, ce qui permet d’entrer et de ressortir ses affaires très facilement, tout comme le fait de l’avoir muni d’un zip, ce qui est un moindre mal pour un sac de cette qualité (l’Ultra Pro n’en avait malheureusement pas…)

Enfin, une longue poche – non fermée et extensible – se superpose à la grande poche centrale. Elle permet d’augmenter intelligemment la capacité de rangement du sac et est particulièrement utile pour y stocker certains éléments comme sa veste imperméable ou encore des manchettes tout en les laissant relativement à portée de main… à condition de les protéger en cas d’humidité ! Si sa présence est judicieuse, on regrettera que son contenant soit tout de même assez difficile d’accès durant l’effort, même en tendant le bras par-dessus l’épaule…

« J’ai particulièrement apprécié le fait que la grande poche arrière soit divisée en deux par une cloison centrale, ce qui permet de plus facilement compartimenter ses affaires! »

Confort et Stabilité au Rendez-Vous !

Le Camelbak Zephyr n’est pas en reste sur le plan du confort, ce qui constitue également une qualité importante pour un sac pour ultras.

Notons tout d’abord que le sac – qui affiche 200 grammes environ sur la balance – est l’un des modèles pour formats longs les plus légers (avec le Raidlight Revolutiv 12) du marché. Cela se révèle être un très bon atout lorsqu’on le porte et la différence se fait clairement sentir au fil des heures, notamment lorsque le Zephyr n’est pas chargé à plein.

La répartition des charges est également assez bien pensée entre l’avant et l’arrière, grâce notamment à la présence des quelques poches sur les bretelles. Elle n’est pas optimale du fait de l’absence de poches latérales – au contraire par exemple des sacs de la gamme Salomon – qui ne font pas office de contrepoids, sans que cela ne représente un véritable défaut. D’autant que la stabilité a été améliorée par rapport à l’Ultra Pro : Même lorsqu’il est relativement chargé, le sac tient assez bien en place, collé sur le haut du dos, et induit très peu de ballottements, même dans les portions engagées (même si sur ce plan, il se révèlera un peu moins efficace que les sacs Salomon, notamment le ADV Skin 12).

L’ergonomie du sac y est sans doute pour beaucoup tout comme la présence des deux paires de sangles (à l’avant et sur les côtés). Les sangles pectorales, tout d’abord, se révèlent être beaucoup plus élastiques que sur les autres modèles Camelbak ce qui permet d’assurer un très beau maintien (en dépit de leur finesse…) du sac. Saluons également le fait que les sangles soient réglables en hauteur sur les bretelles, ce qui permet de les adapter facilement à sa morphologie (pour les hommes comme pour les femmes). Mais les concepteurs du Zephyr ont également eu la très bonne idée de l’équiper de deux sangles latérales, à la longueur réglable, qui offrent la possibilité d’ajuster au mieux le sac à sa taille ou encore en fonction de son chargement (il suffit par exemple de les resserrer lorsque le sac est peu chargé et de les resserrer lorsque le volume devient plus important…). Les propriétés élastiques des tissus jouent également tout leur rôle et maintiennent au mieux les affaires stockées dans les poches à l’avant durant l’effort.

« Même lorsqu’il est relativement chargé, le sac tient assez bien en place, collé sur le haut du dos, et induit très peu de ballottements, même dans les portions engagées.

Enfin, j’ai particulièrement apprécié la respirabilité du Camelbak Zephyr : Confectionné en mailles très aérées et espacées – comme tous les sacs Camelbak -, le sac restreint assez fortement l’apparition de transpiration et donc limite l’accumulation de l’humidité, notamment dans le dos, ce qui constitue là aussi une qualité indéniable surtout sur les longs formats !

Le système d’Accroche Bâtons : le seul Bémol !

Si j’ai été plus que séduit par le Camelbak Zephyr sur de nombreux plans, j’émettrais par contre beaucoup plus de réserves s’agissant du système d’accroche bâtons proposé. Constitué de seulement une paire de boucles réglables situées à l’arrière du sac (sur le côté droit), l’accessoire se révèle être trop rudimentaire pour constituer une solution durable de portage des bâtons… Les deux boucles montrent deux sortes de limites : lorsqu’elles ne sont pas assez serrées, la paire de bâtons à tendance à glisser et à bouger durant la course au risque de la perdre ; lorsqu’on sert davantage les boucles, les bâtons ont tendance à venir taper le haut de l’omoplate durant l’effort, ce qui se révèle être particulièrement désagréable… le choix de recourir à deux paires de boucles, situées de part et d’autre de la poche arrière centrale, aurait permis d’assurer une meilleure répartition des charges et un meilleur maintien des bâtons. Quoiqu’il en soit, il faudra sans doute songer à s’équiper d’une ceinture avec système de portage des bâtons ou bien encore d’un carquois universel !

Vidéo de Présentation

Où le Trouver?

Hommes & Femmes

Volume: 12 l
Poids: 200 g

Taille: Unique
Accroche Bâtons: Oui
Poches: 8
Usages: Ultras
Prix: 102-129 euros




Retrouvez nos Comparatifs de Sacs de Trail par Catégories/Usages ou par Marques.