Test du sac Camelbak Ultra Pro


Le Camelbak Ultra Pro est le produit qui fait sans doute le plus la renommée de la célèbre firme californienne – spécialisée dans les solutions d’hydratation (sacs, gourdes, flasks…) pour les sportifs outdoor – dans le milieu du trail-running. Lancé en 2018 et régulièrement porté par Xavier Thévenard ou encore par Benoit Girondel sur des épreuves de prestige telles que l’UTMB ou le Grand Raid de la Réunion, ce sac est pourtant loin de faire partie des produits les plus innovants et performants du marché et est avant tout dévolu aux distances intermédiaires.

De conception plutôt simple, tout en allant à l’essentiel, il séduit avant tout pour son côté « bon marché » et conviendra ainsi essentiellement aux athlètes en quête d’un accessoire minimaliste et polyvalent pouvant les accompagner dans leurs différentes sorties, en compétitions comme à l’entraînement.

Nous vous proposons de retrouver en détails les résultats de notre Test dans lequel nous livrons nos impressions sur ce produit et détaillons ses points forts et ses points faibles :

Une conception Minimaliste…

Le Camelbak Ultra Pro se distingue des autres sacs d’hydratation du marché par sa conception des plus minimaliste. Ses concepteurs ont en effet cherché à aller à l’essentiel tout en faisant au plus simple et ce dans ses différentes dimensions.

La Contenance

Sur le plan du rangement tout d’abord, les poches sont de conceptions élémentaires mais sont particulièrement nombreuses et optimisées. Elles offrent une capacité de stockage totale de 7 litres répartis entre la poche arrière principale (1 litre), de nombreuses petites poches zippées situées sur les bretelles et deux filets – non fermés – situés sur les côtés. Si ces derniers permettent d’accueillir les ravitaillements, la poche arrière centrale (malheureusement sans fermeture zippée…) sera plutôt dévolue aux affaires personnelles (vestes, frontales, etc.) car difficilement accessible durant l’effort, même en tendant les bras… Deux autres emplacements situés sur le bas des bretelles sont quant à eux dévolus au stockage des flasks et sont dotés de sangles permettant de maintenir les accessoires en place durant l’effort.

Une des poches accueillant les Flasks

Le Confort

Ce choix de conception initiale permet d’offrir un sac de cette contenance parmi les plus légers du marché (180 grammes sur la balance) tout en ne rognant pas sur le confort. Le choix de recourir à des mailles aérées offre une respirabilité optimale du sac et évite ainsi l’apparition de l’humidité durant l’effort, en particulier dans le dos et sur les épaules (même si cela présente, nous le verrons, d’autres inconvénients…). Les bretelles, particulièrement larges, permettent une excellente répartition du poids et évitent ainsi un éventuel effet cisaillement sur les épaules.

Le Design

Le design du produit a également été particulièrement bien étudié : Grâce à sa coupe, le sac épouse particulièrement bien le corps de l’athlète, en particulier le haut de son dos, sans jamais risquer de redescendre, quelque soit sa charge. On regrettera toutefois que les tissus de la poche arrière ne soit pas plus extensibles, ce qui aurait permis d’éviter l’apparition de quelques ballottements lorsqu’on y stocke de nombreuses affaires… Nous avons enfin apprécié la simplicité du système d’attache pectoral, doté de deux sangles ajustables et réglables en hauteur sur les bretelles. Bien qu’en apparence fines, ces sangles sont pourtant particulièrement solides et permettent de maintenir le sac en place quelque soient les circonstances, à condition de ne pas hésiter à les resserrer ou à les desserrer  durant l’effort lorsque nécessaire !

… qui a des Limites !

La conception minimaliste du Camelbak Ultra Pro, si elle séduit par de nombreux aspects, présente toutefois quelques limites, loin d’être rédhibitoires, mais qui ont de quoi nécessiter certains efforts et ajustements de la part des athlètes.

Une seule Poche centrale

La première d’entre elle est liée à la présence d’une seule poche principale, située à l’arrière du sac et non compartimentée. On en est ainsi réduit à entasser ses affaires (veste, surpantalon, frontale…) dans cette unique poche au risque de ne plus pouvoir s’y retrouver au bout d’un moment, en particulier sur les compétitions de longues distances qui durent de nombreuses heures… On ne sait plus où se trouvent la frontale qui a glissé au fond de la poche ou encore les gants qui se sont coincés entre la veste et le pantalon. Bref on en est réduit à sans cesse déballer et à ranger ses affaires dans la seule poche que contient le sac… En fait, ce que j’apprécie sur d’autres sacs plus performants comme le Salomon ADV Skin, c’est la présence de nombreuses poches distinctes et/ou compartimentées qui permettent de classer au mieux ses affaires et de les retrouver très facilement. La présence d’au moins un compartiment à l’intérieur de la poche principale aurait ainsi été judicieuse !

L’absence d’Imperméabilité

L’autre souci du Camelbak Ultra Pro est lié à son absence totale d’imperméabilité… Aucune de ses poches n’est étanche, même celle dédiée au smartphone (par ailleurs assez petite…). En outre, le choix de recourir à des mailles aérées, s’il permet une excellente aération du sac durant l’effort, fait que celui-ci se retrouve par contre rapidement envahi par l’eau par temps de pluie, et nos affaires avec malheureusement… Il faut donc choisir de stocker ses affaires à l’intérieur de sacs plastiques ou alors de glisser son sac sous sa veste imperméable lors de l’effort…

La poche dédiée au Smartphone

Les Poches dédiées aux Flasks

Les deux emplacements dédiés au stockage des flasks présentent également certains défauts. Ils ont en réalité été étudiés pour accueillir les flasks de Camelbak – les QuickStow de 500ml – mais se révèlent en réalité particulièrement petits et sont ainsi totalement inadaptés à des flasks plus longilignes – telles que les SoftFlasks 500ml de Salomon. Les deux poches sont également situées un peu trop bas et obligent à quelques contritions, si on veut s’hydrater sans enlever les flasks et les prendre en main…

Un filet latéral

Le système d’Attache bâtons

Quant au système d’attache bâtons – qui consiste en la présence de deux sangles permettant de maintenir les bâtons pliables dans la partie arrière inférieure du sac -, je ne l’ai jamais testé tant il paraît dérisoire et inadapté. J’ai préféré y greffer le carquois Custom Quiver de Salomon qui se révèle être tout à fait compatible (en bricolant un tout petit peu) !

Le carquois Custom Quiver de Salomon

Un sac avant tout Polyvalent !

Le Camelbak Ultra Pro est un sac qui brille surtout par sa polyvalence. Si les compétitions de distances intermédiaires (entre 25 et 65 km environ) sont son domaine de prédilection, il peut aussi vous accompagner lors de vos entraînements quotidiens, les compétitions de courtes distances, mais également sur certains ultras. Je l’ai par exemple utilisé lors de l’Endurance Trail des Templiers (105 km & 5000 d+), épreuve de long format où le matériel obligatoire est assez peu conséquent, où il m’a largement suffit. Par contre, n’est pas Xavier Thevenard qui veut car je pense qu’il se révèlera beaucoup trop petit en volume sur les épreuves de 100 miles ou encore les épreuves où le matériel demandé est particulièrement important…

Le sifflet situé sur l’une des bretelles

Vidéo de Présentation

Où le Trouver?

Hommes

Volume: 7 l
Poids: 180 g

Prix: 80-107 euros




Femmes

Volume: 7 l
Poids: 155 g

Prix: 83-107 euros




Retrouvez nos Sélections des meilleurs Sacs d’hydratation de Trail, classés par caractéristiques (contenances, poids…), pour Hommes et Femmes.