Test des Scott Supertrac 3.0


La 3ème version des Scott Supertrac, modèle phare de la marque suisse d’origine américaine, est sortie début décembre 2021. Pas de grosse révolution par rapport à la version précédente : seuls quelques ajustements ont été opérés, de quoi conserver l’ADN de cette chaussure clairement taillée pour les terrains accidentés et les conditions hivernales, qui brille surtout par sa solidité et ses qualités d’accroche… tout en présentant quelques petits défauts !

Retrouvez nos explications au travers de notre test détaillé de la chaussure :

En Résumé

Drop: 8 mm
Poids: 320 g
Hauteur Talon: 29 mm
Fit: Standard
Catégorie: Terrains Accidentés
Usages: Tous les Terrains Techniques (Gras, Rocailleux…), Toutes les Distances
Points Forts: Protection, Accroche & Polyvalence
Points Faibles: Toe Box sérrée

Un Modèle Solide et Protecteur

La qualité principale de la Scott Supertrac 3.0 réside incontestablement dans sa solidité. Ses concepteurs l’ont équipé d’un mesh en nylon ripstop – principale innovation par rapport à la version antérieure – qui s’avère à la fois épais et résistant. S’il peut provoquer quelques désagréments du point de vue du confort (nous le verrons ensuite), le mesh constitue clairement une couche protectrice de grande qualité, en particulier lorsqu’on évolue sur des sentiers escarpés et accidentés : les pieds sont très bien protégés des chocs (roches, branches…), et ce sur toute la surface de la chaussure. Je regrette par contre l’absence d’une petite guêtre qui aurait permis d’éviter toute intrusion dans la chaussure (d’autant qu’il n’est pas possible d’en porter une avec cette chaussure en raison de la forme plate de sa semelle).

En plus d’être protecteur, le mesh des Scott Supertrac se révèle être particulièrement résistant : avant d’écrire ce test, je les ai utilisées durant 80 km environ, et je n’ai constaté aucune usure, et encore moins de déchirure à ce niveau. Je les ai pourtant confrontées à des terrains assez hostiles (roches, ronces, neige…). Outre le mesh, d’autres éléments contribuent à la solidité de la chaussure : à l’avant, j’ai particulièrement apprécié le pare pierres, qui est assez large et épais. La languette, qui a été rénovée par rapport à la version 2.0, est également très épaisse et absorbe les chocs qui se produisent sur le haut du pied. La tige, d’autant plus épaisse sur la partie haute de la chaussure, permet quant à elle de protéger le bas de la cheville.

Un Grip presque Parfait

L’accroche constitue l’autre gros point fort des Scott Supertrac 3.0. La chaussure est équipée de la semelle « All Traction Terrain » présente sur de nombreux autres modèles trail de la marque. Sur ce modèle, les crampons sont d’une épaisseur de 5 à 6 mm : les concepteurs ont eu en effet la bonne idée de dessiner certains creux dans la semelle de sorte à sculpter des crampons de hauteurs différentes. Cela permet à la fois de dessiner des irrégularités à la surface de la semelle tout en conservant une hauteur de crampons raisonnable et ainsi maintenir une bonne stabilité de la chaussure. L’autre option privilégiée est d’avoir inversé l’orientation des crampons à l’arrière de la semelle : les crampons sont orientés normalement à l’avant mais de manière inverse à l’arrière, ce qui assure à la fois une bonne traction dans les montées et augmente l’effet de freinage dans les descentes !

« Les crampons sont orientés normalement à l’avant mais de manière inverse à l’arrière, ce qui assure à la fois une très bonne traction dans la montée et augmente l’effet de freinage dans les descentes! »

Et ces choix très astucieux s’avèrent payants puisque le grip de la Supertrac se révèle à la fois très efficace et polyvalent du point de vue des terrains : si la chaussure tire pleinement son potentiel  sur les terrains « soft ground » (friables et mous), notamment dans les sous-bois (feuilles mortes…) en conditions hivernales, elle s’en tire également très bien dans les environnements plus humides et boueux. J’ai également apprécié leur comportement sur les sections rocailleuses, d’autant que leur stabilité y est assez bonne… à condition par contre que les conditions soient sèches ! J’ai en effet été assez déçu du grip des Supertrac sur les roches mouillées, qui est un peu en dessous des standards qu’on est en droit d’attendre pour une chaussure de cette catégorie (elle fait par exemple pâle impression face à des Inov-8 et leur semelle en graphène). La chaussure peut donc convenir à la pratique du skyrunning, à condition qu’il ne pleuve pas !

« Si la chaussure tire pleinement son potentiel  sur les terrains « soft ground », notamment dans les sous-bois (feuilles mortes…) en conditions hivernales, elle s’en tire également très bien dans les environnements plus humides et boueux. »

Un Confort Ambivalent

Je serais par contre beaucoup plus nuancé sur le plan du confort. Le fit des Supertrac 3.0 est standard et enveloppant. Il offre un bon maintien du pied durant l’effort, notamment sur sa partie centrale, ce qui se révèle particulièrement appréciable dans les parties techniques et engagées : le pied ne bouge pas, ou très peu, sans pour autant être compressé (notamment sur sa partie supérieure). La coque talon est également assez standard, sans être ni sérrée, ni trop évasée.

La 1ère Newsletter 100% Matériel Trail!

Une fois par Mois ➡ Recevez toutes les Dernières Infos (Sorties, Tests...)!

Adresse e-mail non valide
Avec nous, pas de courrier indésirable. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez!

Ma déception provient plutôt de la toe box que je trouve assez petite… Je fais partie des coureurs dont l’avant du pied et les orteils bougent beaucoup durant l’effort et qui ont de fait besoin d’espace à l’avant de la chaussure, et la Scott Supertrac est plutôt contraignante sur ce plan : la chaussure laisse assez peu de place à l’avant et au-dessus des orteils. Cette contrainte est aggravée par la composition du mesh en nylon, matière assez épaisse et un peu rigide, qui peut induire quelques frottements au cours des premières utilisations : j’en ai été confronté à des légers, notamment au niveau des plis qui se forment, avant qu’ils ne disparaissent ensuite. Le ripstop est une matière assez rigide, qui demande du temps pour se façonner et s’adapter à la fois à la morphologie et aux mouvements de vos pieds. Bref, c’est un modèle avec lequel il faudra être un peu patient, le temps que la chaussure « se fasse » et que le mesh s’assouplisse ! Pour les athlètes qui, comme moi, apprécient des toe box larges, sans doute sera-t-il judicieux d’opter pour une demie taille au-dessus de leur taille habituelle.

« Je fais partie des coureurs dont les orteils bougent beaucoup durant l’effort et qui ont de fait besoin d’espace à l’avant de la chaussure, et la Scott Supertrac 3 est malheureusement plutôt contraignante sur ce plan. » 

Un Modèle étonnement Dynamique

Avant de tester la Supertrac 3, j’avais quelques appréhensions, notamment concernant son dynamisme : je m’attendais notamment à une chaussure un peu pataude en raison de son gabarit et de son poids. La Scott Supertrac 3, avec ses 320 grammes sur la balance, est en effet un modèle relativement lourd par rapport à des modèles analogues (Inov-8 Roclite, Altra Lone Peak…). Il n’en est en fait rien : sa relative surcharge est compensée par la forme de sa semelle intermédiaire en rocker (arrondie) qui favorise une foulée assez dynamique ainsi qu’une attaque médio-pied. La souplesse des deux semelles (extérieure et intermédiaire) contribue également à rendre la chaussure assez réactive tout en lui conférant un assez bon amorti. Bref, si la Supertrac exprime pleinement son potentiel sur les distances intermédiaires, j’ai apprécié sa polyvalence sur ce plan et je n’hésiterai pas à l’utiliser sur des formats plus courts (20-30 km) ou plus longs (jusqu’à 80 km)!

Vidéo de Présentation

Où se les Procurer?

Hommes

Drop: 8 mm
Poids: 320 g

Hauteur Talon: 29 mm
Fit: Standard
Catégorie: Terrains Accidentés

Usages: Tous les Terrains Techniques (Gras, Rocailleux…)
Prix: 140 euros



Femmes

Drop: 8 mm
Poids: 295 g

Hauteur Talon: 29 mm
Fit: Standard
Catégorie: Terrains Accidentés

Usages: Tous les Terrains Techniques (Gras, Rocailleux…)
Prix: 140 euros



Retrouvez notre Comparatif des Chaussures de Trail Scott en cliquant ici.