Test de la veste Odlo Zeroweight Dual Dry


Odlo n’est pas forcément une marque très connue dans le monde du trail. La firme d’origine norvégienne, désormais implantée en Suisse, est en effet beaucoup plus célèbre dans le milieu des sports d’hiver, notamment du ski de fond, où ses vêtements techniques et thermiques sont particulièrement appréciés.

Odlo tente pourtant une percée dans le monde de la course à pied ces derniers temps en proposant des vêtements adaptés et en y déployant son savoir-faire reconnu ainsi que son expertise technologique. La Veste Zeroweight Dual Dry, qui a remporté la médaille d’or du salon ISPO de Munich en 2020 (salon de l’innovation dans les sports outdoor) dans la catégorie running, en est assurément l’emblème et va sans doute légitimer un peu plus Odlo dans l’univers du trail. Imperméable et homologuée « ultras », elle constitue un véritable concentré d’innovations et vient se placer incontestablement comme l’une des vestes les plus performantes du marché, bien qu’elle présente quelque petites défauts. Explications…

En Résumé

Catégorie ➡ Veste Imperméable homologuée Ultras et UTMB (20k Schmerber & 50k MTVR)
Points Forts ➡ Grande Respirabilité, Imperméabilité & Confort
Points Faibles ➡ Pas possible d’y glisser un sac en dessous & Pas rangeable dans la Poche Avant

Grande Respirabilité et Confort : les deux Points Forts

La Respirabilité

Commençons parce ce qui fait l’empreinte de la veste Zeroweigh Dual Dry : son hyper respirabilité. Avec une norme affichée de 50k MTVR, la veste d’Odlo se classe ainsi sans trop d’efforts parmi les produits les plus respirants du marché (seule la veste Cimalp Storm Pro 3 présente un indice plus élevé (80k MTVR)). Sur le terrain, on perçoit tout de suite la différence avec les autres vestes imperméables : très peu de risque de se retrouver « mouillé de l’intérieur » tant l’évacuation de l’humidité est optimale. Je pense que cela a sans doute à voir avec la finesse des tissus ainsi qu’à la morphologie assez ample du produit… dans tous les cas, c’est assez bluffant et cela ouvre de nouvelles perspectives lorsque la météo devient capricieuse et humide: la veste permet en effet de réaliser ses séances à haute intensité (côtes, fractionnés…) sans risquer de  transpirer de manière excessive, quand bien même il fait relativement doux !

La Odlo Zeroweigh Dual Dry constitue ainsi un veste idéale pour affronter sereinement les averses durant le printemps et la période estivale sans risquer quelconque surchauffe. Lorsque la température redescendra, il faudra toutefois songer à se munir d’une sous-couche thermique, ses qualités d’isolation thermique n’étant optimales (mais ce n’est pas ce qu’on lui demande)…

« Il y a très très peu de risque de se retrouver « mouillé de l’intérieur » tant l’évacuation de l’humidité est optimale! »

Le Confort

Sur le plan du confort, la veste d’Odlo affiche également ses prétentions. Très légère (175 g), la veste est un vrai poids plume qui parvient ainsi à se faire très facilement oublier durant l’effort. Cela constitue également un atout indéniable lorsqu’elle est rangée dans son sac ou dans une ceinture ! J’ai également apprécié la nature de ses tissus qui sont particulièrement agréables à porter. Pour le dire autrement, la veste ne vient pas se coller sur la peau, même par temps humide, ou encore entraîner des frictions désagréables après plusieurs heures d’effort. Les athlètes aux peaux sensibles, comme moi, apprécieront !

Une Imperméabilité Efficace et dans les Normes

L’imperméabilité constitue souvent le critère numéro 1 pour juger de l’efficacité d’une veste dans les sports outdoor, et sur ce plan, la veste d’Odlo répond parfaitement aux normes minimales qu’on est en droit d’attendre d’un produit de cette qualité. Avec un indice affiché de 20k Schmerber, la Zeroweight Dual Dry se situe en effet dans la norme moyenne lorsqu’on considère les vestes les plus performantes sur le marché. A titre d’information, la plupart des ultras recommandent un indice de 10k Schmerber (soit la moitié !), ce qui correspond à une résistance à une colonne d’eau de 10.000 mm, ce qui est généralement bien suffisant, à moins d’être pris dans une très grosse tempête !

Sur le Terrain

Sur le terrain, la veste tient également toutes ses promesses sur ce plan. Elle protège parfaitement de la pluie et permet de rester au sec, même sous de grosses averses. La matière est parfaitement imperméable, l’eau semblant littéralement couler sur le tissu… Malheureusement (ou heureusement ?), je n’ai pas eu l’occasion de la mettre à l’épreuve sous des épisodes de pluie intenses et de longues durées mais je ne doute en aucun cas de ses capacités en la matière. Faisons donc confiance aux indices ! L’ergonomie de la veste, très bien ajustée, contribue également à garantir ses qualités d’imperméabilité : les manches, resserrées au niveau des poignées, ainsi que la taille – élastique – empêchent toute intrusion de l’humidité.

La Capuche

Saluons également le travail effectué sur l’ergonomie de la capuche qui joue parfaitement son rôle de protection. Cette dernière, ni trop large, ni trop sérrée, épouse parfaitement la forme de la tête pour réduire le risque d’intrusion de l’humidité à l’intérieur. Ses concepteurs ont également songé à l’équiper à l’arrière d’un petit cordon de serrage permettant, si besoin, de l’ajuster davantage et, ainsi, d’éviter l’intrusion du vent. Notons également la présence d’une petite visière, à l’avant, très utile pour préserver sa visibilité lorsqu’il pleut abondamment !

« La veste protège parfaitement de la pluie et permet de rester au sec, même sous de grosses averses. La matière est parfaitement imperméable, l’eau semblant littéralement couler sur le tissu. »

Deux petits Défauts…

Vous l’aurez compris, j’ai été globalement très séduit par la veste Odlo Zeroweight Dual Dry, notamment par ses prouesses en matière de respirabilité et d’imperméabilité ainsi que de ses qualités de confort. Deux petits détails viennent toutefois en ternir le tableau :

Je m’interroge tout d’abord sur l’utilité de la poche avant zippée située sur la poitrine… On peut effectivement y glisser certains petits objets utiles (ravitaillements ?) mais ces derniers doivent rester assez légers au risque d’entraîner d’importants ballotements et de rendre la veste particulièrement inconfortable à porter. Un autre défaut lié est que la veste n’est pas très compressible et surtout pas rangeable à l’intérieure cette poche (j’ai pourtant essayé…), ce qui fait que la veste perd en praticité de transport car elle prendra un peu plus de place dans votre sac que d’autres vestes analogues…

L’autre limite de la Odlo Zeroweight Dual Dry est liée à sa coupe, ajustée et plutôt près du corps, notamment au niveau du dos. De fait, il est quasi impossible de glisser son sac d’hydratation sous la veste (hormis les modèles de 3-5 litres ?), usage qui est répandu chez pas mal de traileurs. Il faudra donc trouver d’autres solutions afin de garder ses affaires au sec !

Vidéo de Présentation

Où la Trouver ?

Hommes

Imperméabilité:  20 k Schmerber
Respirabilité: 50 k MVTR
Poids: 175 g

Prix: 145-200 euros




Femmes

Imperméabilité:  20 k Schmerber
Respirabilité: 50 k MVTR
Poids: 158 g

Prix: 144-230 euros




Retrouvez notre Sélection de Vestes de Trail pour Femmes et Hommes.