Test de la Frontale Go’lum Piom +


Les lampes frontales ont longtemps été la chasse gardée de quelques grosses marques de l’outdoor (Petzl, Silva, Black Diamond…) qui se sont durant de nombreuses années partagé le marché, notamment sur le segment du trail-running. Cependant, de nouvelles marques sont apparues ces derniers temps qui, en apportant leur savoir-faire et en proposant des produits à la fois très innovants et performants, sont venues bouleverser la donne.

Go’lum en est sans aucun doute l’un des emblème. Cette start-up française a en effet largement gagné en notoriété dans le petit milieu du trail, portée par une équipe d’ambassadeurs renommés (Sylvain Court, Nicolas Martin, Luca Papi…) et des produits de qualité qui semblent avoir conquis une partie des pelotons, parmi lesquels figurent aussi bien des amateurs que des élites.

Parmi les deux frontales commercialisées par Go’lum, nous avons choisi de vous présenter la Piom +, le produit phare et le plus innovant de la marque. Nous vous proposons de retrouver en détails les résultats de notre test dans lequel nous livrons nos impressions sur ce produit :

Les vertus du Minimalisme

Le trait majeur de la Go’Lum Piom +, qui saute aux yeux lors de son déballage et des premières utilisations, relève de son caractère minimaliste. Chez Go’lum, on a compris qu’il ne fallait pas faire de chichi pour se concentrer sur l’essentiel. La conception de la frontale, structurée seulement autour de 3 éléments (le boitier de la frontale en aluminium qui accueille les leds et la batterie ; le bandeau élastique ; 1 support de fixation faisant le lien entre les deux) est des plus simple et donc des plus efficace. Son design n’est de fait pas des plus épuré, l’aluminium du boitier lui donnant un aspect industriel, mais a le mérite de faire l’originalité de la marque.

Le mode de Fonctionnement

On retrouve également le minimalisme dans le mode de fonctionnement et d’utilisation de la frontale qui s’en retrouve très simplifié : un bouton unique situé sur le côté du boitier permet en effet de piloter les différentes fonctions (marche/arrêt, intensités d’éclairages…) de la frontale, ce qui permet d’éviter les erreurs de manipulation durant l’effort, en particulier quand la fatigue se fait ressentir…

La Batterie

Nous avons également apprécié le fait que la batterie soit simple et rapide à changer : il suffit en effet de dévisser le bouchon du boitier et de retirer la batterie usée pour y insérer une nouvelle, le tout en un tour de main (15-20 secondes chrono en main !), ce qui est particulièrement appréciable en compétition ! L’indicateur de batterie est également élémentaire mais non moins efficace : la charge restante est indiquée par paliers de 25% à l’aide de clignotements rouges (3 clignotements signifiant une charge restante de 75%).

Son Poids

Pour parachever le tout, la Go’lum Piom + fait partie des frontales les plus légères du marché en affichant un poids sur la balance de seulement 125 grammes (batterie incluse !). La frontale se fait ainsi rapidement oublier durant l’effort et se porte durant de nombreuses heures sans contraintes, de quoi éviter l’apparition de ballottements et/ou de douleurs à la nuque que je peux par exemple ressentir avec d’autres produits plus lourds.

Une frontale taillée pour le Long et le Technique

La Go’lum Piom + présente par ailleurs deux caractéristiques – la puissance d’éclairage et une grande autonomie – qui font assurément d’elles une des frontales les plus performantes du marché.

La puissance d’éclairage

La première qualité d’une lampe frontale se mesure tout d’abord à ses intensités d’éclairages et sur ce plan, la Piom + tient assurément le haut du pavé avec une puissance maximale affichée de 1.000 lumens. Quatre autres modes d’éclairages (80-160-300-500 lumens) viennent compléter la panoplie et permettent aux traileuses et traileurs d’alterner entre les différentes intensités selon leurs besoins et les conditions qu’elles/ils rencontrent. Je me contente pour ma part d’utiliser la plupart du temps les modes 160 et 300 lumens qui s’avèrent largement suffisants dans le cadre de mes sorties quotidiennes, réservant le mode 500 lumens aux parties plus techniques et aux descentes (l’utilisation du mode 1.000 lumens étant vraiment exceptionnelle).

Il n’est en effet pas nécessaire d’utiliser la Piom + à pleine intensité et de la pousser dans ses retranchements pour s’assurer de conditions de vision agréables durant l’effort. Tout cela tient au système d’éclairage de la frontale qui est particulièrement ingénieux et donc performant. Les concepteurs de Go’Lum ont en effet décidé de le doter de 4 leds blanches (une cinquième, rouge, est située à l’arrière), ce qui présente trois avantages :

1) Le faisceau de la lampe est particulièrement large, ce qui est particulièrement agréable lorsqu’on court, notamment sur les efforts longs. Cela permet en effet de facilement apprécier son environnement immédiat mais également d’éviter l’effet « tunnel » qui s’avère particulièrement usant au fil des heures…

2) Les 4 leds disposent par ailleurs de caractéristiques d’intensités différentes et sont associées par paire, ce qui permet au faisceau d’articuler une double perspective le loin et le proche –, de quoi apercevoir à la fois son environnement immédiat et celui plus lointain lorsqu’on court !

3) Le dernier avantage de cette quadruple source d’éclairage est que le faisceau révèle particulièrement bien le relief ainsi que les aspérités des sentiers. On sent en effet tout de suite la différence par rapport aux frontales disposant d’une seule source de luminosité, en particulier dans les portions techniques…

L’autonomie

La puissance d’éclairage ne serait rien si elle n’était pas couplée à des caractéristiques d’autonomie élevées et, sur ce plan, la Go’lum Piom + n’est également pas en reste. La frontale dispose en effet de durées d’utilisation variant de 1h40 (1000 lumens) à 28h (80 lumens) selon l’intensité lumineuse utilisée, le mode « économie d’énergie » allant jusqu’à 200 heures… Bref de quoi être largement auto-suffisant lors de sorties d’entraînements ou en compétitions, notamment en ultras ! La Piom + est également dotée d’un mode « réserve » (que je n’ai heureusement jamais eu à utiliser !) qui permet de continuer à avoir une légère source d’éclairage plusieurs minutes après une panne de batterie, question de sécurité… J’apprécie également le fait que, contrairement à de nombreuses autres frontales, son intensité lumineuse reste constante au fil des heures et ce quelque soit l’état de la batterie ! J’ai en effet connu quelques mauvaises surprises avec d’anciennes frontales dont l’intensité baissait irrémédiablement au fil des heures…

Grâce à ses propriétés en termes d’autonomie, la Piom + est ainsi une frontale qui conviendra parfaitement aux athlètes qui sont habitués aux efforts longs et notamment aux participations aux épreuves, comme les ultras, se déroulant pour bonne partie de nuit. De ce fait, elle peut bien évidemment être utilisée dans le cadre d’autres sports comme le cyclisme, la randonnée, etc. Grâce à sa puissance d’éclairage et à la largeur de son faisceau, je n’hésite pas à l’utiliser lors de certaines sessions nocturnes à vélo où elle fait parfaitement l’affaire !

La révolution de l’Intelligent lighting

Le tableau dressé jusqu’ici est élogieux mais n’est pourtant pas encore complet car la Go’lum Piom + n’a pas encore dévoilé son atout majeur. Les concepteurs de la Piom + ont en effet eu la bonne idée de la doter d’un dispositif inédit, à bien des égards révolutionnaire dans le domaine : l’Intelligent lighting (ou mode automatique). Grâce aux deux canaux indépendants sur lesquels reposent les leds, la frontale ajuste automatiquement son intensité lumineuse en fonction de votre allure et des caractéristiques du terrain (dénivelé, technicité…) sur lequel vous évoluez. La marque ne rentre pas dans les détails du mode de fonctionnement de ce système mais, à priori, celui-ci semble dépendre des vibrations générées par la foulée du coureur.

Concrètement, plus vous courez vite et avez une foulée tonique, plus la Piom + éclaire loin et intensément, et vice versa. Sur le terrain, notamment lorsqu’on s’engage sur des terrains avec dénivelé caractérisés par des portions techniques, le résultat est particulièrement bluffant : l’intensité de la frontale augmente sensiblement dans les descentes (parties où on va vite) et les portions rugueuses (parties où les vibrations générées sont importantes), ce qui permet d’augmenter sensiblement son acuité visuelle, et, à l’inverse, a tendance à baisser dans les montées, portions où l’on va moins vite et où on a moins besoin de bien voir.

L’intelligent lighting fait ainsi de la Piom + une frontale parfaitement adaptée aux spécificités de la pratique du trail, en particulier des ultras. Le mode automatique permet en effet de limiter les interventions manuelles (pour changer les modes d’intensité) durant l’effort et ainsi de se concentrer sur l’essentiel, à savoir sa foulée et la gestion de son effort. Surtout, ce mode de gestion automatique, en délivrant la juste dose de lumière dont vous avez besoin à l’instant t, offre des gains en termes d’autonomie de la batterie qui peuvent s’avérer particulièrement précieux sur les formats longs !

En conclusion

Bref, vous l’aurez compris, nous avons été plus que séduits par la Go’lum Piom + de par ses nombreuses propriétés, ses performances et des possibilités qu’elle offre aux traileuses et traileurs de se départir de nombreuses contraintes (gestion des intensités, gestion de l’autonomie…) durant leur effort. Elle est d’autant plus attrayante que son prix – 185 euros – apparaît très compétitif en comparaison des modèles de frontales concurrentes sur le marché.

S’il ne fallait lui trouver qu’un seul petit défaut, celui-ci se situerait au niveau du support de fixation de la frontale que l’on trouve un poil trop rigide et qui mériterait sans doute d’être arrondi afin de le rendre plus confortable sur le front.

Et s’il fallait encore vous convaincre : Go’Lum a fait le choix de privilégier dans ses modes de production un double engagement social et environnemental : ses frontales sont en effet fabriquées majoritairement en France, en partie au sein d’un ESAT (établissement réservé aux personnes en situation de handicap), et l’entreprise reverse 1% de son CA à des associations environnementales… et cela compte !

Vidéo de Présentation

Où la Trouver?

Caractéristiques Principales
Puissance: jusqu’à 1.000 lumens
Autonomie: 1h40-28 h
Distance d’éclairage: 110 mètres max
Étanchéité: IPX4
Poids: 125 g

Prix: 185 euros

Retrouvez notre Sélection des meilleures lampes Frontales de Trail en cliquant ici.